Haas s'est libéré

On pouvait voir des larmes de joie dans les yeux de Nathan Haas (Katusha-Alpecin) après sa victoire mercredi, au terme d’une deuxième étape explosive sur les routes du Tour of Oman. Au bout de 167,5 km vallonnés entre Sultan Qaboos University et Al Bustan, le puncheur australien a pris le meilleur sur le champion olympique Greg Van Avermaet (BMC Racing Team) et le talent kazakh Alexey Lutsenko (Astana). Il signe sa première victoire depuis un an et demi.

La perspective d’une étape casse-pattes, avec quatre ascensions répertoriées, a motivé de nombreux coureurs. Après 5 kilomètres animés, quatre fuyards ont réussi à prendre les devants : Loïc Chetout (Cofidis, Solutions crédits), Markel Irizar (Trek-Segafredo), Fabricio Ferrari (Caja Rural-Seguros RGA) et Danny Pate (Rally Cycling). Après 17km, leur avance atteignait les 4 minutes… soit l’écart maximal de la journée.

Au moment d’attaquer la première difficulté du jour, l’ascension de Fanja (km 60), l’écart était stabilisé autour de 3 minutes. Suffisant pour permettre à Loïc Chetout de prendre les points au sommet de cette première difficulté. Le Français s’est à nouveau imposé au sommet des côtes d’Al Jabal street (km 118,5) et Al Hamriyah (km 145), en route vers le maillot doré de coureur le plus combatif du Tour of Oman.

Les échappés ont offert une forte résistance au peloton dans la dernière partie de l’étape, la plus exigeante. Mais le vétéran espagnol Markel Irizar a finalement été repris dans la dernière ascension d’Al Jissah, à 5km du but. BMC Racing Team et Astana Pro Team se montraient alors les plus actives pour Greg Van Avermaet et Alexey Lutsenko. Les deux hommes ont dû s’incliner face à Nathan Haas, qui n’avait plus levé les bras depuis août 2016.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour of Oman

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus